Malvoyant
Thème par défaut

Site de la CdC Médullienne

Suivez-nous sur Facebook !

Berceuse Kirundi

 

Hommage à l’enfant
(berceuse d’une maman à son enfant)

Hora, mugenzi nkunda

Hora, mwananje

Hora tugorore ururinga

Hora, masaka y’itaba

Ryera kugihe caryo

Kuko atarwanfu rurimwo

Hora atarwanfu rurimwo


Hora jwi ry’inka mumashoka

Risamirana mu gihugu cose

 

Horahora nzira ndende

Izinguzingu ritanyerera

Rishikana kw’isoko ry’ubuki

Niryo ikibondo kizamwo

 

Horahora ruzogi rwanje

Rucitse ataworgunga

 

Hora munyinya w’ingara

Wugamika abavyeyi

Mukwururutsa ibibondo

 

Waranshize mubavyeyi

Kera narabatinya

Nari nk’imfyisi nari intambwe

Kera naca mucanzo

Icanzo gica umugongo

 

Nari gati ka waga

Kuma kakisenya

 

Horahora ngabire atawiha

Horahora katabona bose

Iyo bose baba bagufise

Ntaworuse uwundi

Ihuramire katihabwa

Nk’inkono n’umubindi

Nk’imbuto n’igieseke

 

Waje ukwezi guycanye

Yaje imana icanye

Yujuje ibiganza ingabire

 

Horahora ngusigasige

Ibimoga neza vyo mu birambi bisiga abakuru

Ibimoga neza vya mugamba

Mogeshe ubusage bw’umukunzi wanje

 

Horahora bworoswa bwagutse

Bwikwiza abavyeyi

Gihete ca Mugamba

Gusumvya ibindi kwera

 

Horahora cahirizo ciza

Cakira inyana zitanu

Iyagatandatu igacutsa

 

Hinge ndakwinginge

Abana baringingwa ijora n’umutaga

 

Sinzira munzu y’abavyeyi kibondo canje

Wigine urakundwa nk’akaja munda

 

Hora cuzurarembo

Umutima wo kukwanka uri kure nk’ukwezi

Umutima wo kugukunda uri murwinjiriro

Hora kabuto kataboneka kamezwa n’Imana yonyene

Hora huriro rihuza imiryango

 

 

 

 

Hora nzira ndende

Hora keza kahebuje

Tout doux, mon chéri

Tout doux mon petit

Calme-toi et taillons une bavette,

Tout doux, sorgho de mon champ

Qui mûrit tout à la fois

Parce que sans ivraie.

 

 

Tout doux, écho des vaches en course

Qui retentit à travers tout le pays.

 

Tout doux, grand chemin

Qui zigzague sans être glissant

Par lui va à la cour le nectar

Et par lui reviennent les bébés.

 

Tout doux, cordon de mon sein

Quand tu es coupé, on ne te refait pas

 

Tout doux, parasol en panache

Où s’abritent les mères

Pour en descendre les petits.

 

Tu m’as mise au rang des Mères.

Auparavant je les redoutais

J’étais une hyène, j’étais une lionne.

Naguère, je passais par la petite porte

La petite porte qui vous « coupe le dos ».

 

J’étais l’arbuste de Waga

Qui sèche et se brise.

 

Calme-toi don que l’on ne se procure pas.

Tout doux, trésor rare ;

Si tout le monde t’avait

Nul ne serait mieux qu’un autre.

Calme-toi don qu’on ne remplace pas

Comme la marmite et la cruche

Comme la semence et la corbeille.

 

Tu es venu quand la lune brillait

Tu es venu quand l’Imana allumait le feu

Et couvrait les mains pour le don.

 

Tout doux que je te parfume

Du parfum de Birambi qui parfume les Grands

Les parfums de Mugumba

Irriteraient la peaux de mon chéri.

 

Tout doux vêtement ample

Qui recouvre les Mères

Collier de Mugamba

Qui éclipsent les autres en blancheur.

 

Tout doux, vaste enceinte des plateaux

Où rentrent cinq veaux plantureux

Et le sixième est à sevrer.

 

Que je chante, que je charme

Les bébés se font bercer nuit et jour.

 

Dors sous le toit paternel, mon enfant

Qui badine et se fait choyer à l’envi.

 

Calme-toi ; déjà tu remplis l’entrée

Le cœur de te haïr est loin comme la lune ;

Le cœur de t’aimer est tout près comme l’entrée principale.

Tout doux, champ qui m’échut en partage

En partage avec l’Imana.

 

Tout doux, rejeton rare que seul Imana fait germer.

Tout doux, lieu de rencontre, qui serre les liens d’une famille.

 

Tout doux, grand chemin,

Tout doux mon tout beau !